Les Pays-Bas ne mentionneront plus le genre sur les cartes d’identité (Info donnée par Régine, notre déléguée à la COM) Merci

Les cartes d’identité hollandaises pourraient bientôt ne plus faire figurer le genre de ses détenteurs et détentrices. Il devrait toutefois inscrit sur les passeports, une obligation de l’Union Européenne.

Les citoyens des Pays-Bas n’auront plus à inscrire leur genre sur les cartes d’identité d’ici quelques années. La ministre de l’Éducation, de la culture et de la science, Ingrid van Engelshoven a jugé la mention « inutile« . Elle a écrit au Parlement, samedi 4 juillet, pour dire son intention de supprimer cette information des papiers d’identité « à partir de 2024 ou 2025« .

Si la réforme aboutit, ce ne sera pas le premier pays de l’Union européenne à retirer la mention de genre. C’est notamment le cas de l’Allemagne. La ministre écrit dans le courrier adressé au Parlement que les citoyens doivent pouvoir « façonner leur propre identité et la vivre en toute liberté et sécurité« . Sur le passeport en revanche, le genre des Néerlandais restera inscrit car la mention est obligatoire dans les textes européens.

Vers un troisième genre

« C’est une excellente nouvelle pour les personnes qui éprouvent, jour après jour, des problèmes avec cette catégorie sur leur carte d’identité, ont commenté les associations de défense des droits LGBT+. C’est une bonne nouvelle pour quiconque pense que ce que cache vos sous-vêtements ne concerne ni le gouvernement, ni les autorités« . En 2018, les Pays-Bas ont fait un pas vers la reconnaissance d’un troisième genre. Une personne intersexe avait obtenu de la justice le droit de ne pas avoir à être inscrite comme homme ou femme sur son acte de naissance. Les juges néerlandais avaient alors estimé qu’empêcher de délivrer un passeport sans mention de genre constituait une « violation de la vie privée, de l’autodétermination et de l’autonomie personnelle« . D’autant que 4% de la population hollandaise ne se définit ni en tant qu’homme ni en tant que femme.

Parmi les villes les plus LGBT+ friendly au monde, Rotterdam et Amsterdam se hissent à la 3ème et la 2nde position derrière Reykjavik. En Europe, les premiers mariages de couples de même sexe ont été célébrés aux Pays-Bas, en 2001. La GPA y est aussi possible pour les couples LGBT+ depuis 2019. D’autres pays reconnaissent officiellement le genre neutre comme l’Australie, l’Argentine, le Canada, le Danemark, l’Inde, Malte, le Népal, la Nouvelle-Zélande ou encore le Pakistan. En France, il est possible de modifier son état civil depuis 2016 pour changer de genre, mais pas de refuser son inscription sur les papiers d’identité.